Armand Frydman - D'amour, d'embruns et d'étoiles


A l’âge de 15 ans, il annonce à ses parents qu’il quitte l’école pour se consacrer à la musique.
Et plus précisément à des groupes de rock et de rythm and blues avec lesquels il tourne.

Puis il reprend des études musicales classiques, travaille pour de nombreuses musiques de films (Claude Chabrol et bien d’autres), enchaine des collaborations haut de gamme (« La Noce» de Bouvier Obadia, sélection festival de Cannes, prix Sacem de la musique, « L’Etourdi » de Jean Claude Baumerder, « La Peau » de Gilles Moisset, prix de la musique au festival de Rotterdam).

Il compose un disque classique remarqué (« Atlas », avec l’immense violoniste tchèque Joseph Suk, le flûtiste français Christian Lardé et l’orchestre du Bolchoï).

« J’ai toujours oscillé entre la musique classique et la chanson. Le classique, c’est vivre dans un rêve, hors du monde, hors du temps. La chanson, c’est être de plein pied dans mon époque, dans l’émotion, sans distance »